Russie Russie virtuelle

BLAGUES

sur les "nouveaux Russes"


Un "nouveau Russe" vient de mourir et arrive en enfer. Les diables l'habillent d'une veste framboise, de chaînes en or, lui remettent une grosse liasse de dollars et le relâchent.
Le "nouveau Russe" entre dans un casino, tout heureux de cet argent à claquer :
- Mille dollars sur le rouge !
- Ici, on n'accepte pas d'argent.
Il s'approche alors du bar :
- Un martini sec !
- Ici, on n'accepte pas d'argent.
Dépité, il entre dans un restaurant :
- Hé mec : caviar, saumon en sauce, et une carafe de vodka...
- Ici, on n'accepte pas d'argent.
Le "nouveau Russe" désespéré demande alors :
- Mais merde alors, est-ce qu'à la fin on peut acheter quelque chose ici ?
- Non.
- Pourquoi non ?
- Parce qu'ici... c'est un enfer pour les "nouveaux Russes".


Un "nouveau Russe" rentre à la maison et trouve son fils triste ; il lui demande pourquoi. Le fils répond alors :
- Tout le monde dans ma classe a un ordinateur et pas moi...
- Ne t'inquiète pas, fiston, demain tu auras tout. Qu'est-ce qu'il te faut exactement ?
Le fils énumère alors : une unité centrale, un moniteur, un clavier, une imprimante... Et il ajoute:
- Il faut aussi un tapis pour la souris, papa.
- Fiston, tu exagères! Tant que tu y es, demande aussi les pantoufles pour le cafard...


Un "nouveau Russe" est inquiet : son médecin généraliste lui a dit que ses reins étaient fatigués.
Le lendemain, il se rend en Mercédès dans la meilleure clinique privée de la ville pour se renseigner :
- C'est combien pour un rein ? - demande t-il à la secrétaire.
- Une greffe du rein, vous voulez dire ?
- Oui, c'est ce que j'ai dit.
- Vingt-mille dollars pour un rein, tout compris, et vingt-cinq mille pour deux.
- Pour qui vous me prenez ? Mettez m'en trois !


Un "nouveau Russe" tourmenté par ses souvenirs d'éducation religieuse se rend chez un pope :
- Mon père, si je fais un don à votre église, est-ce que je gagnerai le pardon de mes fautes et une place au paradis ?
- Quel genre de don, mon fils ?
- Et bien, de l'or, des diamants, des bijoux, des dollars, des trucs comme ça...
- Et bien mon fils, je ne sais pas si vous gagnerez le pardon et le paradis, mais je suis prêt à tenter l'expérience...


Un professeur se plaint à un "nouveau Russe" de ce que son fils rackette les autres enfants de l'école.
- Monsieur le professeur, vous avez tout à fait raison, je vais lui apprendre la politesse.
Le lendemain, son fils perçoit comme d'habitude la taxe qu'il demande à un élève, puis il ajoute :
- Merci. Dieu te le rendra...


Deux femmes de "nouveaux Russes" discutent :
- Hier mon mari m'a acheté une voiture japonaise pour changer de la Mercédès.
- Charmant !
- Et un manteau de vison, pour changer de mon vieux manteau de l'année dernière.
- Charmant !
- Et pour le remercier, je lui ai fait une surprise : j'ai fait changer le carrelage autour de la piscine par du rose et j'ai acheté un maillot de bain assorti !
- Charmant !
- Mais à la fin, pourquoi dis-tu tout le temps "charmant" ?
- Parce que mon mari m'a payé des leçons de savoir-vivre et qu'ils m'ont expliqué qu'il faut dire "charmant" à la place de "putain de ta mère".
- Oh putain de ta mère, je ne le savais pas !


Un "nouveau Russe" doit se rendre à New-York pour affaire, et a chargé Abram, son comptable et éminence grise, de tout organiser.
Le jour dit, ils embarquent en première classe dans un superbe Boeing 747 . Le "nouveau Russe" regarde alors Abram d'un air mauvais, et lui dit :
- Alors, Abram ? Qu'est-ce que tu as encore fabriqué ? Tu sais qui je suis... Tu crois que je vais voyager avec tout le monde ?


Un "nouveau Russe" imposant, à l'air prospère, entre dans un magasin suivi d'un intellectuel à lunettes maigrelet, et jette son téléphone portable sur le comptoir. Il dit d'une grosse voix :
- C'est quoi ce merdier ?
L'intellectuel traduit alors ces fortes paroles pour le vendeur :
- Mon patron déclare que son nouveau téléphone ne marche pas.
Le vendeur emporte l'appareil dans l'arrière-boutique pour le tester, puis revient.
- Effectivement, il était défectueux. En voici un autre, avec nos excuses.
- C'est quoi ce merdier ?.. - redit le "nouveau Russe" en le mettant dans sa poche.
- Mon patron déclare que les performances techniques et la facilité d'utilisation de ce modèle ne sont pas pleinement satisfaisantes, mais il le prend quand même, - traduit à nouveau l'intellectuel.
Enfin, tous deux sortent et avant la sortie, le "nouveau Russe" se retourne et dit: "Ça, c'est un merdier !"
- Mon patron vous remercie, - conclut son conseiller, avant de s'engouffrer dans la Mercédès noire garée devant le magasin.


Le fils d'un "nouveau Russe" arrive en courant :
- Papa, papa! Mon copain Vassia a une pneumonie !
- T'en fais pas, fiston... Demain on t'achètera la même, et en mieux !


Deux "nouveaux Russes" discutent aux toilettes :
- A ton avis, chier... c'est une activité physique ou intellectuelle ?
L'autre réfléchit longuement, puis répond avec assurance :
- Intellectuelle.
- Et pourquoi ?
- Parce que si c'était physique, on aurait engagé quelqu'un pour le faire à notre place...


Un "nouveau Russe" revient d'un voyage "d'affaires" à New-York et essaie d'impressionner son copain qui n'a jamais quitté Moscou :
- Les "frangins" de New-York, c'est des pros, la grande classe ! Ils habitent des appartements immenses, au six-centième étage des buildings... ils ont de supernanas... et quand ils veulent changer un peu, pour à peine mille petits dollars, ils font venir de superbes call-girls !
Son copain, qui commence à en avoir assez de sa frime, lui rétorque :
- Peuh ! Tes frangins ne m'impressionnent pas : moi, depuis des années, quand j'ai envie d'une belle moscovite, je vais la voir, je fais le signe à son mari... et j'emporte la femme en économisant mille dollars !


Un "nouveau Russe" se rend chez un concessionnaire auto :
- Mon associé m'a dit que la meilleure, c'est la Mercédès 600.
Le vendeur lui présente alors ce modèle, en lui faisant l'article, insistant sur son luxe et les performances du moteur :
- Et elle a 16 soupapes ! - ajouta t-il d'un ton admiratif.
Le "nouveau Russe" reste dubitatif. Le vendeur lui demande alors ce qui le chagrine :
- Je suis déçu, je croyais qu'elle avait 600 soupapes...


Un "nouveau Russe" est allé aux champignons. Son associé lui demande s'il a fait une bonne récolte :
- Ouais, pas mal. Comme il pleuvait fort, j'ai pu vérifier l'étanchéité de ma Mercédès 600, et mon chauffeur a ramassé 55 kg de champignons...


Un "nouveau Russe" a été opéré de l'appendicite. Le lendemain, le chirurgien passe le voir :
- Alors, comment vous sentez-vous ?
- Pas très bien, docteur, c'est la première fois qu'on m'enlève quelque chose...


Deux "nouveaux Russes" discutent :
- Et ton business, ça marche ?
- Oh, j'achète, je vends...
- Et les bagnoles ?
- Oh, j'achète, je vends...
- Et la politique ?
- Oh, j'achète les politiciens...
- Et ta femme ?
- Oh, je l'ai vendue et j'en ai acheté deux autres !


La maîtresse apprend aux enfants à compter jusqu'à 20, 30, 40, 50... quand soudain le fils d'un "nouveau Russe" lève la main et dit :
- Mon papa m'a dit que si je savais compter jusqu'à dix, ça suffisait !
- Ah bon ? Et comment ça ?
- Oui : 1 million, 2 millions, 3 millions... et à 10 millions on est un homme !


Deux mormons essaient de convertir un "nouveau Russe" , mais ça n'a pas l'air de l'intéresser, alors ils ajoutent :
- En plus la polygamie est autorisée dans notre religion, certains ont jusqu'à trente femmes...
Le "nouveau Russe" exhibe fièrement son téléphone portable en expliquant :
- Mais, moi aussi, je n'ai qu'à téléphoner.
- Oh non, nous voulions dire chez vous, dans votre foyer.
- Quoi ! En plus, il faudrait les loger et les nourrir !


Un "nouveau Russe" téléphone au théâtre :
- Salut mec, on m'a dit que vous passez une pièce cool, je veux deux billets...
- C'est pour "Roméo et Juliette" ?
- Non, c'est pour moi et ma meuf.


Le fils du "nouveau Russe" se présente à un concours du violon. Devant le jury, il ouvre l'étui et en sort une mitraillette... L'assistance se fige, et le fils éclate d'un rire hystérique. Le président demande :
- Qu'est-ce qu'il y a de si drôle, jeune homme ?
- Rien... J'ai juste imaginé quelle tête doit avoir mon père au boulot !


Un "nouveau Russe" se morfond dans la salle d'attente d'une maternité. La sage-femme vient le voir :
- Vous avez un beau garçon.
- Combien ?
- Trois deux cent.
- Pas de problème !
Et il lui donne 3200 dollars.


Début     Page précédente     Page suivante